Franchini, D. M., Lanvin, O., Tosolini, M., Patras de Campaigno, E., Cammas, A., Pericart, S., Scarlata, C. M., Lebras, M., Rossi, C., Ligat, L., Pont, F., Arimondo, P. B., Laurent, C., Ayyoub, M., Despas, F., Lapeyre-Mestre, M., Millevoi, S. and Fournie, J. J., Microtubule-Driven Stress Granule Dynamics Regulate Inhibitory Immune Checkpoint Expression in T Cells. Cell Rep 2019. 26: 94-107 e107.

Cette étude, fruit de cinq ans de recherches acharnées, rapporte la découverte d’un mécanisme tout à fait nouveau contrôlant l’expression des ‘immune checkpoints’ par les lymphocytes T.

Les ‘immune checkpoints’ sont des récepteurs exprimés par les lymphocytes T et qui jouent un rôle de frein immunitaire malheureusement à l’origine de l’insuffisante immunité antitumorale qui caractérise la plupart des patients souffrant de cancers. La révolution thérapeutique actuelle en cancérologie consiste à bloquer ces récepteurs par des anticorps monoclonaux, qui donnent des résultats cliniques remarquables dans la plupart des cancers porteurs de nombreuses mutations. Cependant on ignorait comment les lymphocytes T décident de produire ces fameux freins. Notre étude vient d’identifier ce mécanisme, qui se révèle être un processus moléculaire ressemblant à celui par lequel les neurones contrôlent l’expression de leurs récepteurs à l’extrémité des synapses nerveuses. Les travaux de Don-Marc Franchini et ses collègues révèlent ainsi que certaines chimiothérapies impactant ce mécanisme altèrent les lymphocytes T infiltrant les tumeurs de patients cancéreux, et augmentent le risque d’effets secondaires auto-immuns à l’instar des anticorps anti-checkpoints.  Ces résultats dévoilent un nouveau mécanisme de régulation immunitaire et identifient de nouvelles stratégies thérapeutiques anticancéreuses.

Accédez ici à la publication sur le site de Cell Reports