Le lymphome est un cancer du sang qui se développe à partir d’un type de globules blancs présents dans le système lymphatique, les lymphocytes. Il existe deux types de lymphocytes : les lymphocytes B et les lymphocytes T. Cette étude s’intéresse à un type particulier de cancer touchant les lymphomes T, le lymphome anaplasique à grandes cellules. Ce cancer ne représente pas plus de 2 % de tous les cas de lymphomes non hodgkiniens mais il est particulièrement agressif. Bien qu’il puisse toucher des personnes de n’importe quel âge, il concerne essentiellement les adolescents et les jeunes enfants. À lui seul il représente 15 % des cas de lymphomes d’enfants. En outre, les jeunes patients sont sujet à la chimiorésistance et il n’existe pas de protocole de traitement de référence en cas de rechute.

NPM-ALK est une protéine oncogénique souvent présente dans ce type de cancer, cependant, des études cliniques ont montrées sa présence est associée à un meilleur pronostic pour le patient, puisque ces tumeurs sont chimiosensibles. En revanche, la fréquence des rechutes montre que certaines cellules sont potentiellement chimiorésistantes.

Grâce à la technique du séquençage à haut débit à partir d’un grand nombre de patient, il a été identifié qu’une petite molécule d’ARN non codant (miR-497), dont la production est dépendante de NPM-ALK, contrôle la présence de trois régulateurs clés de la croissance tumorale. En générant un système de notation basé sur l’expression de ces trois régulateurs, il a pu être identifié les rechutes précoces sous chimiothérapie des lymphomes T pédiatriques NPM-ALK(+).

Cette étude réalisée par l’équipe de Fabienne Meggetto, équipe 7 du CRCT, et parue dans la revue Haematologica est une piste prometteuse pour l’amélioration de la réponse à la chimiothérapie et la possible mise en place d’un outil prédicteur de la réponse au traitement.

Ce travail a été effectué en partenariat avec le CHU de Toulouse et le CRCT. Il a été soutenu par le Labex TOUCAN, l’Institut Carnot Lymphome/CALYM, la fondation ARC, la ligue contre le cancer (équipe labellisée en 2017)

Découvrir l’article publié :

Haematologica. 2019 Feb;104(2):347-359.
miR-497 suppresses cycle progression through an axis involving CDK6 in ALK-positive cells.
Hoareau-Aveilla C, Quelen C, Congras A, Caillet N, Labourdette D, Dozier C, Brousset P, Lamant L, Meggetto F.

Mots clés :

  • Cancer / Lymphôme T
  • ARN non codant
  • Rechute
  • Biomarqueurs

Contact :

Fabienne Meggetto
Equipe 7 – CRCT
fabienne.meggetto@inserm.fr