Alors que de nombreux mécanismes cellulaires conduisant à une résistance chimiothérapeutique ont été identifiés, il existe une prise de conscience croissante que les propriétés mécaniques, par exemple leur capacité de déformation, des tumeurs pourraient participer à l’évolution des cancers.

Ici, lorsque nous parlons des propriétés physiques des tumeurs, nous faisons référence à la compression. Les tumeurs grossissent rapidement dans un volume contraint, ce qui entraine une sorte de compaction des cellules tumorales.

Nous avons constaté que la compression d’avatar de tumeur en 3 dimensions entraîne une diminution de l’efficacité du médicament. Par des modélisations théoriques mathématiques, nous avons prédit et validé expérimentalement que cette diminution de l’efficacité des médicaments était due à une diminution de la prolifération. Les chimiothérapies ciblant les cellules proliférantes, celles-ci ne meurent donc pas sous traitement.

Notre travail met en évidence une nouvelle forme de résistance aux chimiothérapies qui est particulièrement pertinente pour les tumeurs de cancer du pancréas.

Ce travail va permettre à l’avenir :

  • d’Imager le stress solide dans les tumeurs pour pouvoir prédire la réponse thérapeutique des tumeurs en fonction de ces paramètres.
  • de continuer à comprendre comment la compression influence le développement et le traitement du cancer du pancréas.

Découvrir l’article publié :

Mechanical Control of Cell Proliferation Increases Resistance to Chemotherapeutic Agents
Ilaria Francesca Rizzuti, Pietro Mascheroni, Silvia Arcucci, Zacchari Ben-Mériem, Audrey Prunet, Catherine Barentin, Charlotte Rivière, Hélène Delanoë-Ayari, Haralampos Hatzikirou, Julie Guillermet-Guibert, and Morgan Delarue
Phys. Rev. Lett. 125, 128103 – Published 18 September 2020

Retrouvez également un article dans le journal Le Monde du 30 septembre 2020

Mots clés :

  • Mécanique
  • compression
  • signalisation
  • prolifération
  • résistance à la chimiothérapie
  • modélisation mathématique

Contact :

Julie Guillermet- Guibert
Equipe 17 : SigDYN – Isoformes de PI3K, signalisation et cancérogenèse
Mail : julie.guillermet@inserm.fr et mdelarue@laas.fr

Collaborations et financement :

Morgan Delarue (LAAS-CNRS) et Julie Guillermet-Guibert (Inserm) sont co-corresponding auteurs de cette étude. Ce projet fait partie du programme transversal appelé Oncodevice qui a amené le CRCT à développer un partenariat serré avec le LAAS.
Programme financé par la fondation locale Toulouse Cancer Santé, le GSO et le Plan Cancer.

Une image :

Photos d’avatar de tumeurs en 3D en culture dans du liquide (Gauche) ou sous pression (droite). Photos : Silvia Arcucci/ Dani Najar