Programmes européens

Programmes européens

La recherche biomédicale s’inscrit avec force dans le contexte européen. Les chercheurs sont encouragés et guidés dans leur participation aux différents programmes d’Horizon 2020, principal instrument de mise en œuvre de la recherche européenne.

Les chercheurs du CRCT s’investissent pleinement dans ces appels à projets. Retrouvez ci-dessous tous les programmes européens dans lesquels le CRCT est fortement engagé.

PROTEOblood : Développement de nouvelles thérapies contre deux sous types de lymphomes et de leucémies

D’importants progrès ont récemment été réalisés dans le diagnostic et le traitement sélectif de certains cancers du sang. Cependant, la plupart de ces tumeurs malignes restent incurables. De nombreuses évidences suggèrent une relation entre des déséquilibres de l’homéostasie des protéines et le développement de certains sous-types de leucémie et de lymphome. L’étude de ce phénomène nécessite des connaissances hautement spécialisées, et représente un défi important en matière d’économie et de connaissances que des institutions individuelles ne peuvent pas relever efficacement. L’objectif de PROTEOblood est d’optimiser, de partager et d?exploiter un ensemble de technologies et de ressources de pointe grâce à la coordination de partenaires académiques et privés de différents territoires POCTEFA, pour l’étude de l’homéostasie protéique dans deux sous-types prévalents de leucémie et de lymphome. PROTEOblood générera des technologies et des outils innovants transférables au développement de médicaments personnalisés contre ces maladies. Nous établirons une collection de modèles d?études dérivés de patients (organoïdes et xénogreffes) capables de recréer le micro-environnement tumoral ex vivo. Des approches protéomiques d’avant-garde, associées à l’analyse de la biologie des systèmes et à la conception de petites molécules, permettront la caractérisation complète de protéinopathies et le développement de thérapies efficaces et sûres qui seront validées dans les collections d’organoïdes et de xénogreffes. PROTEOblood promouvra ainsi le développement technologique, la coopération transfrontalière et l’échange de connaissances, facilitant l’optimisation des infrastructures et des ressources existantes. Les partenaires de PROTEOblood possédant des capacités complémentaires illustrées par de précédentes publications, brevets et licences en co-auteurs, ce projet augmentera sans nul doute la compétitivité et l’internationalisation des régions POCTEFA.

Partenaire CRCT : Jean Emmanuel Sarry 

Pour en savoir plus : https://www.poctefa.eu/fr/listes-de-projets/detail-du-projet/?IdProyecto=919a3a25-ec03-4fed-9528-1e6d883683ff

Date de début : juin 2020
date de fin : Mai 2022

Le projet a été cofinancé à 65% par le Fonds européen de développement régional (FEDER) dans le cadre du programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre (POCTEFA 2014-2020). https://www.poctefa.eu/fr/

MITHAML – Hétérogénéité métabolique dans la leucémie aiguë myéloïde

L’accumulation de preuves indique que le métabolisme est impliqué dans la résistance aux médicaments qui se développe dans les leucémies aiguës myéloïdes (LAM). Cependant, les approches ont évalué jusqu’à présent le métabolisme dans sa globalité, sans aborder l’hétérogénéité génotypique et phénotypique observée dans le cancer. Le projet MITHAML, financé par l’UE, utilisera la cytométrie de masse (Cytof), une technologie unicellulaire dotée d’un énorme potentiel analytique pour étudier le rôle de l’hétérogénéité métabolique intratumorale avant et après traitement in vivo et chez le patient. En se concentrant sur les médicaments ciblant le métabolisme, les chercheurs espèrent trouver de nouvelles cibles thérapeutiques contre les LAM. Déchiffrer le rôle du métabolisme dans la résistance thérapeutique ouvrira de nouvelles voies pour le traitement avec de nouvelles combinaisons de médicaments.

Ce programme sera réalisé grâce à une collaboration entre le laboratoire du Dr K Davis (Université de Stanford, San Francisco, USA), très reconnu dans l’étude de l’hétérogénéité intratumorale en particulier avec Cytof, et le laboratoire du Dr JE Sarry (CRCT Inserm, Toulouse, France), expert dans le rôle de l’oncométabolisme dans la résistance in vivo des LAM. Enfin ce projet sera conduit par le Dr L Stuani qui passera deux ans à Stanford avant de venir l’établir à Toulouse.

Ce programme est coordonné par Jean emmanuel Sarry 

Pour en savoir plus : https://cordis.europa.eu/project/id/897140

Date de début : 21 septembre 2020
date de fin : 20 septembre 2023

Ce programme de recherche entre dans le cadre de l’appel d’offre européen H2020-MSCA-IF-2019 (Marie Skłodowska-Curie Actions- Individual fellowship)

IMMUSPHINX : Cibler le métabolisme des sphingolipides afin d’améliorer l’efficacité des immunothérapies dans le mélanome.

Les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire (ICI) ont montré une réponse anti-tumorale sans précédent et de longue durée chez les patients atteints de mélanome métastatique. Pour augmenter la proportion de répondants, prévenir la récidive du cancer et améliorer l’efficacité d’autres cancers, de nouvelles stratégies sont nécessaires de toute urgence. De plus, des thérapies personnalisées, fondées sur des facteurs pronostiques et prédictifs robustes, sont nécessaires à l’affectation des ressources et à la gestion de la toxicité.

Nous avons récemment découvert que le métabolisme du sphingolipide (SL) est fortement altéré dans le mélanome, conduisant à des oncométries qui modifient le microenvironnement tumoral. Des données précliniques inédites révèlent que les SL régulent de façon critique la progression tumorale et les réponses immunitaires anti-mélanome. Nous émettons l’hypothèse que : (i) les agents bloquants de la SL (SBA) agissent en synergie avec l’ICI pour induire des réponses anti-tumorales et (ii) les concentrations de SL et/ou les enzymes métabolisant la SL constituent des biomarqueurs prédictifs utiles du pronostic et des résultats du traitement en réponse à l’ICI.

IMMUSPHINX vise à développer de nouvelles stratégies thérapeutiques combinées qui ciblent à la fois le métabolisme de la SL et les points de contrôle immunitaires.

De plus, pour individualiser de nouvelles thérapies immunomodulatrices, IMMUSPHINX vise à identifier des biomarqueurs pronostiques et/ou prédictifs. Plus précisément, IMMUSPHINX déterminera : (i) l’efficacité de nouvelles approches combinant SBA et ICI ; (ii) comment les Sls affectent le microenvironnement tumoral et facilitent les réponses immunitaires anti-mélanome en analysant le sphingolipidome des tumeurs et du plasma, et en identifiant les signatures immunitaires ; (iii) si les enzymes métabolisant la SL intratumorale et/ou les Sls du sang périphérique pourraient servir de biomarqueurs prédictifs de l’efficacité de l’ICI. Ces paramètres ainsi que l’efficacité du traitement chez les patients atteints de mélanome seront analysés à l’aide de (Ir) RECIST de manière rétrospective et prospective.

Dans l’ensemble, IMMUSPHINX est une étape essentielle pour (i) définir les critères d’admissibilité à cette nouvelle stratégie combinant SBA et ICI, et (ii) mettre en place un essai clinique utilisant SBA comme adjuvants pour les thérapies immunitaires chez les patients atteints de cancer.

Ce programme est coordonné par Nathalie Andrieu-Abadie

Pour en savoir plus : https://www.transcanfp7.eu/index.php/abstract/immusphinx.html

Date de début : 01 avril 2017
date de fin : 30 juin 2021

Ce programme de recherche entre dans le cadre de l’appel d’offre européen ERA-NET TRANSCAN-2 Aligning national/regional translational cancer research programmes and activities

Une partie des objectifs de ce projet a été publié en 2020 :

Resistance of melanoma to immune checkpoint inhibitors is overcome by targeting the sphingosine kinase-1.
Imbert C, Montfort A, Fraisse M, Marcheteau E, Gilhodes J, Martin E, Bertrand F, Marcellin M, Burlet-Schiltz O, Peredo AG, Garcia V, Carpentier S, Tartare-Deckert S, Brousset P, Rochaix P, Puisset F, Filleron T, Meyer N, Lamant L, Levade T, Ségui B, Andrieu-Abadie N, Colacios C.
Nat Commun. 2020 Jan 23;11(1):437

PINICAL-MRT : Protocoles d’impact clinique en radiothérapie moléculaire

Élabration de lignes directrices pour traduire les connaissances sur la radiothérapie moléculaire en pratique clinique

L’article 56 de la directive 2013/59/EURATOM de la CE, détaillant les exigences relatives à la planification des doses individuelles pour les patients en radiothérapie, est introduit dans tous les États de l’UE. Cela s’applique à la radiothérapie moléculaire (TRM), qui consiste à utiliser des produits radiopharmaceutiques dans le traitement du cancer, mais il n’existe actuellement aucune méthode normalisée pour appuyer la conformité clinique. Une infrastructure de calibration MRT traçable pour les doses adaptées aux patients a été développée dans le cadre du projet MetroMRT et du projet MRTDosimetry toutefois, avant de pouvoir être transféré à la clinique, il doit être prolongé et le personnel formé à son utilisation.

Le projet élaborera des lignes directrices sur la façon d’utiliser les protocoles et les méthodes développés en MRTdosimetry et permettra d’établir des pratiques traçables dans les centres cliniques. Cela comprendra la façon d’étalonner, de commander et d’effectuer le contrôle de la qualité des instruments d’imagerie quantitative utilisés pour la dosimétrie. Des documents de formation seront également élaborés pour appuyer les pratiques de mesure. À la fin du projet, l’établissement de pratiques normalisées pour la TRM permettra aux organismes gouvernementaux concernés d’assurer plus facilement la conformité aux règlements et d’offrir des traitements plus précis et mieux ciblés aux patients.

Partenaire CRCT Manuel Bardiès

Pour en savoir plus : >>>

Date de début : 2020
date de fin : 2021

Ce programme de recherche entre dans le cadre de l’appel d’offre européen EURAMET – The European Association of National Metrology Institutes

  

MEDIRAD - Conséquences de l’exposition médicale aux rayonnements à faible dose

Le contexte de MEDIRAD

L’évolution de la science médicale et le rythme croissant de l’innovation et du déploiement de la technologie médicale ont conduit à une situation où la majorité de l’exposition aux rayonnements ionisants artificiels de la population européenne est créée par des procédures d’imagerie diagnostique ou de radiothérapie.

L’utilisation des rayonnements ionisants en médecine est en augmentation constante, et cette tendance devrait se poursuivre, avec des avantages évidents pour la santé de la population grâce à l’amélioration des technologies de diagnostic et de thérapie. Toutefois, l’utilisation croissante de nouvelles modalités pour le diagnostic et le traitement soulève également un certain nombre de problèmes dans la protection radiologique des patients et des travailleurs médicaux, étant donné que les niveaux moyens d’exposition médicale de la population ne cessent d’augmenter.

Bien que la plupart de ces expositions entraînent des doses faibles à modérées dans la plupart des tissus, il faut évaluer les effets de ces expositions sur la santé. optimiser les pratiques visant à réduire les doses et développer des outils d’évaluation des doses qui peuvent être utilisés dans la pratique clinique pour assurer une radioprotection adéquate et améliorée des patients et du personnel médical. Bien que la RP des patients ait été une préoccupation constante des médecins et réglementée par les autorités compétentes, certaines questions scientifiques spécifiques se posent dans ce contexte, que la recherche sur la RP n’a pas abordée auparavant, du moins avec succès.

Objectifs

MEDIRAD vise à améliorer les bases scientifiques et la pratique clinique de la radioprotection dans le domaine médical et répond ainsi à la nécessité de mieux comprendre et évaluer les effets sur la santé de faiblesexposition aux rayonnements ionisants provenant de l’imagerie diagnostique et thérapeutique et des effets hors cible en radiothérapie.

Cet objectif sera atteint en se concentrant sur trois grands objectifs opérationnels :

  • Amélioration de l’estimation et de l’enregistrement des doses aux organes afin a) d’informer la pratique clinique, d’optimiser les doses et de formuler des recommandations et b) de fournir une dosimétrie adéquate pour les études épidémiologiques cliniques des effets des rayonnements médicaux.
  • Évaluation des effets des expositions à des fins médicales, en mettant l’accent sur les deux principaux paramètres et conditions d’exposition de la santé publique et de la pertinence clinique :
    • Effets cardiovasculaires des doses faibles à modérées de rayonnement provenant de la radiothérapie, y compris la compréhension des mécanismes
    • Effets à long terme de faibles doses résultant d’interventions radiologiques à dose plus élevée sur le risque de cancer
  • Élaboration de recommandations stratégiques fondées sur la science à l’intention des décideurs et des praticiens pour la protection efficace des patients, des travailleurs et du grand public.

Partenaire CRCT Manuel Bardiès, Frédéric Courbon

Pour en savoir plus : >>>

Date de début : 1 juin 2017
date de fin : 28 février 2022

Ce programme de recherche entre dans le cadre de l’appel d’offre européen Horizon 2020 – Euratom : https://www.horizon2020.gouv.fr/pid30040/euratom.html

  

IMLINFO : Réseau transfrontalier d’immunothérapies personnalisées pour les lymphomes non hodgkiniens

L’IMLINFO est un réseau transfrontalier d’immunothérapies personnalisées pour les lymphomes non hodgkiniens (LNH) regroupant sept organisations situées en Espagne et en France. Son principal objectif est de déterminer l’efficacité des nouveaux traitements d’immunothérapie par la création d’un dépôt de LNH associé à une culture tridimensionnelle (3-D).

L’IMLINFO est formé par une équipe multidisciplinaire composée d’experts en systèmes de culture 3D, en cultures multicellulaires, ainsi qu’en caractérisation structurelle et en pénétrabilité des médicaments par microscopie de pointe. De même, la société pharmaceutique intégrée dans IMLINFO apporte son expérience éprouvée dans le développement de petites molécules comme immunothérapies innovantes déjà sous licence pour les sociétés pharmaceutiques internationales. Afin de passer à une médecine personnalisée, la coopération transfrontalière est primordiale pour obtenir un grand nombre d’échantillons de patients de la LNH provenant des hôpitaux du territoire du POCTEFA ainsi que la collaboration scientifique et technologique.

Partenaire CRCT : Christine Bezombes

Pour en savoir plus : >>>

Date de début : 2014
date de fin : 2020

Ce programme de recherche entre dans le cadre de l’appel d’offre européen Horizon 2020 – POCTEFA : https://www.poctefa.eu

MRTDosimetry : Métrologie pour la mise en œuvre clinique de la dosimétrie en radiothérapie moléculaire

L’utilisation de produits radiopharmaceutiques pour le traitement du cancer en Europe a considérablement augmenté au cours des dernières années. La pratique actuelle consiste à administrer à un patient une dose de radioactivité soigneusement mesurée, sans tenir compte de la quantité de radioactivité effectivement absorbée par les tissus du corps du patient. Par conséquent, la dose administrée n’est pas le meilleur indicateur d’un traitement efficace, et une connaissance précise de la radioactivité absorbée par les tissus contribuerait grandement au succès des traitements de nombreux patients. Une directive récente de l’UE (2013/59/EURATOM) exigera une planification des doses individuelles basée sur des mesures de dose absorbée pour les patients à partir de février 2018. Toutefois, le processus de planification est complexe et il n’existe aucune méthode normalisée pour aider les cliniques à se conformer au règlement. Ce projet s’est attaqué à ces obstacles en s’appuyant sur les travaux de l’ancien projet EMRP HLT11 Metromrt, en élaborant un protocole de mesure robuste et en fournissant des méthodes normalisées. tester des objets et des ressources pour aider les cliniques de radiothérapie moléculaire à établir et à valider la dosimétrie, améliorant ainsi les résultats pour les patients.

Partenaire CRCT Manuel Bardiès

Pour en savoir plus : http://mrtdosimetry-empir.eu/

Date de début : 2016
date de fin : 2019

Ce programme de recherche entre dans le cadre de l’appel d’offre européen EURAMET – The European Association of National Metrology Institutes

 

ONCONET SUDOE : Réseau européen pour la recherche translationnelle et l’innovation en oncologie

Les différents types de cancer sont des maladies chroniques universelles qui sont aujourd’hui l’une des principales causes de décès. Plusieurs États membres de l’Union européenne ont élaboré des politiques publiques spécifiques en matière de cancer, mais ces politiques ne font pas actuellement l’objet d’études comparatives transversales. C’est précisément l’objectif du projet ONCONET SUDOE : analyser et comparer dans chaque territoire du réseau sud-ouest européen les politiques de santé publique en matière de prévention, diagnostic, innovation thérapeutique, et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans l’administration des patients. Cette approche peut donner lieu à la mise en commun de certaines ressources et à l’égalisation des pratiques professionnelles.

Partenaire CRCT : Pierre Cordelier

Pour en savoir plus : >>>

Date de début : 01 juillet 2016
date de fin : 30 juin 2019

Ce programme de recherche entre dans le cadre de l’appel d’offre européen INTERREG Sudoe : https://www.interreg-sudoe.eu/gbr/home

ALKATRAS : Rôle des protéines de liaison miRNA et ARN (RNA-Bps) dans la régulation de la voie de signalisation autophagie dans les tumeurs dépendantes d’ALK

Un large éventail de miARN déréglementés a déjà été défini par un certain nombre de membres de l’ERIA dans les tumeurs malignes induites par ALK et a une utilité diagnostique potentielle. Comme les séquences ciblées miRNA et les sites de liaison RNA-BP sont souvent proches ou se chevauchent, la question de la discussion croisée entre ces deux modulateurs d’ARN sera étudiée en termes de classique (prolifération, survie, invasion) et émergente (autophagie, stress ER) mécanismes de la tumorigenesis.

Nous visons spécifiquement à : Étudier la régulation de la signalisation de l’autophagie par miRNAs et RNA-Bps ou modifications épigénétiques; déterminer le rôle de l’autophagie, en utilisant des essais classiques d’autophagie, dans ALCL, NSCLC et neuroblastome lignes cellulaires et modèles de souris; tester si l’inhibition de l’autophagie peut potentialiser l’efficacité de l’inhibition ALK par le crizotinib et d’autres inhibiteurs de deuxième génération.

Partenaire CRCT  : Sylvie Giuriato, Domenico Sorrentino

Pour en savoir plus : >>>

Date de début : 01 septembre 2015
date de fin : 31 août 2019

Ce programme de recherche entre dans le cadre de l’appel d’offre européen Horizon 2020 Marie Skłodowska-Curie Innovative Training Networks (ITN-ETN) : https://www.horizon2020.gouv.fr/cid144802/appel-2020-innovative-training-networks-itn.html

Phd - Déchiffrer la biologie PI3K dans la santé et la maladie

La voie Phosphoinositide 3-kinase (PI3K) est au cœur de multiples processus biologiques fondamentaux qui contrôlent le métabolisme, la synthèse des protéines, la croissance cellulaire, la survie et la migration. Cela conduit inévitablement à l’implication de la voie de signalisation PI3K dans un certain nombre de maladies différentes, allant de l’inflammation et du diabète au cancer, avec des altérations de voie PI3K présentes dans près de 80% des cancers humains. Par conséquent, les Pi3ks sont devenus des cibles importantes pour la découverte de médicaments et, en 2014, le premier inhibiteur de PI3K a été approuvé par la FDA aux États-Unis pour le traitement d’une leucémie lymphocytaire. Néanmoins, notre compréhension de la signalisation PI3K-médiée est encore médiocre et seulement une fraction des applications thérapeutiques potentielles ont été traitées jusqu’à présent, laissant une grande quantité de travail de traduction inexplorée. L’Europe compte un ensemble d’institutions de recherche et de sociétés pharmaceutiques de première qualité qui se concentrent sur les études PI3K, mais leurs activités sont jusqu’à présent dispersées. Cette proposition comble cette lacune en fournissant un réseau multidisciplinaire (biochimie, études sur la souris, modèles de maladies, développement de médicaments, développement de logiciels) et une occasion de formation sans précédent du laboratoire au chevet du patient (des découvertes précliniques aux essais cliniques)., grâce à la biologie moléculaire de pointe, à la découverte de médicaments et à l’organisation d’essais cliniques. La proposition vise à former de jeunes chercheurs à une compréhension approfondie des différents isoformes PI3K dans des tissus distincts et à traduire ces connaissances en une nouvelle génération d’inhibiteurs PI3K, de modalités de traitement et d’identifier de nouvelles utilisations pour les inhibiteurs PI3K existants.

Partenaire CRCT (co-coordinateur) : Julie Guillermet-Guibert

Pour en savoir plus : >>>

Date de début : 01 novembre 2015
date de fin : 31 octobre 2019

Ce programme de recherche entre dans le cadre de l’appel d’offre européen Horizon 2020 Marie Skłodowska-Curie Innovative Training Networks (ITN-ETN) : https://www.horizon2020.gouv.fr/cid144802/appel-2020-innovative-training-networks-itn.html