Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

« Les vendredis de l’Oncopole » / Pr. Alain Puisieux: Differentiation status of the cell-of-origin and genetic routes towards breast tumorigenesis

vendredi 23 février - 13:00 à 14:00

« Les vendredis de l’Oncopole » / Pr. Alain Puisieux

Differentiation status of the cell-of-origin and genetic routes towards breast tumorigenesis

Contact CRCT: jean-sebastien.hoffmann@inserm.fr

Les travaux d’Alain Puisieux concernent l’identification de gènes impliqués dans les prédispositions héréditaires à certains cancers et des mécanismes de progression tumorale, impliquant l’échappement aux systèmes de sauvegarde cellulaire.

Au cours de sa thèse préparée à la fin des années 1980, à Boston, Alain Puisieux étudie les mécanismes moléculaires de la formation des cancers du foie. Il identifie ainsi une altération spécifique du gène suppresseur de tumeur p53 dans des cancers du foie, qui est due à l’aflatoxine B1, un carcinogène chimique. Cette mutation particulière est considérée aujourd’hui comme la première signature moléculaire d’un carcinogène mise en évidence dans les cancers humains.

Il choisit de poursuivre ses travaux sur les prédispositions héréditaires et les mécanismes moléculaires du cancer, en rejoignant le centre Léon-Bérard à Lyon. Il développe notamment les tests de prédisposition héréditaire au cancer du côlon non polyposique, impliquant des mutations de gènes de réparation des mésappariements de l’ADN (gènes mismatch repair ou gènes MMR : MSH2, MLH1, MSH6). Au-delà de l’activité de transfert et de l’activité clinique qui sont nées de cette démarche, il a été le premier avec son équipe à identifier des personnes présentant des mutations homozygotes des gènes MMR. Ces individus présentent une très forte prédisposition à développer des cancers solides et d’origine hématopoïétique, et des signes cliniques de neurofibromatose de type 1. Cette caractérisation a conduit à la définition d’un nouveau syndrome de prédisposition aux cancers, associé au syndrome de Turcot : le Mismatch repair cancer syndrome.

Les travaux actuels de l’équipe d’Alain Puisieux et de Stéphane Ansieau portent sur les mécanismes moléculaires permettant à un organisme de se protéger du développement d’une pathologie cancéreuse. Lorsqu’une cellule commence à proliférer de manière incontrôlée, des processus normaux permettent de la pousser au suicide (un phénomène connu sous le nom d’apoptose), ou de provoquer son vieillissement de manière accélérée (état de sénescence prématurée), favorisant ainsi son élimination par le système immunitaire. On sait aujourd’hui que la défaillance ou la neutralisation de ces systèmes de sécurité joue un rôle déterminant dans l’émergence de cellules cancéreuses. Leur intérêt se porte sur le rôle joué par la réactivation aberrante de programmes embryonnaires impliqués dans la transition épithélium-mésenchyme. Ils ont démontré que certains gènes, dont les fonctions sont normalement restreintes à la vie embryonnaire, se trouvent anormalement activés dans de nombreux cancers et contribuent à l’inhibition des systèmes de sécurité que sont l’apoptose et la sénescence, favorisant ainsi la prolifération de cellules à risque et le développement de tumeurs. Ils ont notamment démontré, dans les modèles du cancer du sein et du mélanome, que Twist1, un facteur de transcription inducteur de transition épithélium-mésenchyme, est capable d’inhiber le processus de sénescence prématurée en réponse à une activation aberrante des oncogènes ErbB2 ou Ras. De plus, au cours de la progression tumorale, ces facteurs permettent aux cellules de se détacher de la tumeur, d’envahir les tissus avoisinants et de disséminer à travers l’organisme, augmentant ainsi le risque de voir émerger des tumeurs secondaires (les métastases). Leur principal objectif est donc de mieux comprendre les mécanismes conduisant à l’activation anormale de ces gènes, pour tenter, à plus long terme, d’en neutraliser les fonctions et de développer ainsi de nouvelles approches thérapeutiques.

Alain Puisieux est, depuis 2004, directeur de la recherche du centre Léon-Bérard à Lyon, qui est à la fois un centre de recherche et un hôpital spécialisé en cancérologie. Il a également porté le projet de création du centre de recherche en cancérologie de Lyon, dont il assure la direction depuis 2011. Ce centre est organisé en trois départements sur les processus de progression tumorale (échappement tumoral, flux d’information dans la cellule cancéreuse et immunité, micro-environnement, virus). Avec Stéphane Ansieau, il travaille sur « Echappement aux systèmes de surveillance et plasticité cellulaire ».

Détails

Date :
vendredi 23 février
Heure :
13:00 à 14:00
Catégorie d’Évènement:

Organisateur

Comité d’Animation Scientifique
Téléphone :
+33(0) 5 82 74 15 75
E-mail :
mary.poupot@inserm.fr
Site Web :
https://www.crct-inserm.fr/comite-danimation-scientifique/

Lieu

Auditorium IUCT-O
1 Av. Irène Joliot-Curie
Toulouse, 31100 France
+ Google Map
Téléphone :
05 31 15 60 60
Site Web :
http://www.iuct-oncopole.fr/